Débats autour d’un attentat

6 01 2009

Il semble que la thèse de la provocation policière concernant l’attentat contre un policier semble prise en considération dans les milieux anarchistes grecs. Un texte paru sur Indymedia Athènes remarque la disproportion entre les moyens, décrits par la police, de l’attaque (20 balles, des obus et une grenade à main) et le résultat : le policier seulement blessé et sauvé par son tel mobile qui a ralenti la balle ! ¨Par ailleurs, dit ce texte, on voit mal l’un des nôtres (anarchiste) choisir, à l’appui d’une tactique de guérilla urbaine de ce genre, le quartier d’Eksarhia quadrillé par la police dont difficile à s’en échapper. [ndt : on peut aussi penser que cette difficulté pouvait être, aux yeux des auteurs, une manière de montrer que l’Etat n’était nulle part invulnérable]

Le texte remarque en outre que l’attentat a eu lieu dans un climat où la presse préparait l’opinion à de telles actions en les déclarant « imminentes ». Par ailleurs cela ressemble à l’attentat qq jours plus tôt contre un fourgon de police dans le campus de l’université de Zografou, qui lui aussi s’est produit dans une zon très surveillée et cernée.

 

Selon le texte ces événements visent à créer un retour de sympatie vis-à-vis de la police. Bref difficile à savoir et, encore une fois, ce n’est sans doute pas la question principale.

En revanche le texte prévoit une radicalisation à droite du pouvoir qui durcit encore sa « réthorique de la répression » : il y eu 75 arrestations à Eksarhia, des tabassages dans les bistrots, la police est laissée libre d’agir. Nous devons, ajoute le texte : « faire des textes qui parle des personnes et de leurs besoins, de la façon dont ils sont maîtres d’eux-mêmes, de la nécessité de s’éloigner de l’autoritarisme des dirigeants des partis politiques qui ignorent le besoin de se libérer de l’Etat, de la patrie et du capitalisme. Sans précipitation, mais avec des actions en faveur de notre vision de l’avenir immédiat, nous avons besoin de produire des idées et des propositions par le biais de nos réunions publiques, afin que l’auto-organisation du peuple d’en bas puisse devenir visible, viable et possible, comme il le fut pour un grand nombre en ces jours de la révolte de Décembre. Il n’y a pas d’autres moyens.»

Par ailleurs, le mouvement dans son ensemble semble particulièrement actif dans le soutien aux Palestiniens (même le PSOK en partie, ce qui n’est pas sans créer de tensions) Samedi soir, les manifestants ont marché le long de rues, rendant des arrêts à la place Syntagma et l’ambassade d’Egypte, ainsi qu’à l’ambassade des États-Unis, où ils ont tenté de rompre un barrage routier mis en place par la police anti-émeute MAT avec des camionnettes en lançant des pierres dans la direction de la police. Le MAT a répondu avec les reflets et de gaz lacrymogènes et des grenades sonores, ce qui oblige les manifestants de se retirer et de casser en petits groupes de position dans plusieurs directions, ce qui a provoqué le chaos du trafic sur plusieurs rues d’Athènes. Les manifestants ont mis le feu aux poubelles alors que, auparavant, ils ont brûlé des drapeaux israéliens et américains (Athena new agency)

SOURCE : BELLACIO

++++ MAIL REçU DE GRECE LE MERCREDI 7 JANVIER 2008 +++

Rough translation of a posting on Athens indymedia, the day after a riot cop was shot in Eksarhia, Athens. The text below is important as it seems to reflect a sentiment shared with the majority of the people in the anarchist, and the wider antagonist social movement in the country: The greek state seems to be pulling out some of its oldest and dirtiest tricks in order to go, once again, on the offensive. Luckily, our movement does have one of the most valuable assets – collective memory. In the US they called it COINTELPRO, in Italy it was the strategy of tension, over here it is lonely gunmen shooting from (but really: shooting at) the very spaces we are trying to defend. We don’t forget, we don’t forgive, we won’t be intimidated…

here : INDYMEDIA ATHENS

sorry, we do not speak french… revolutionary greetings from athens greece!

============

Άγονοι μετάφραση του indymedia απόσπαση για την Αθήνα, την ημέρα μετά από μια εξέγερση ήταν αστυνομικός
πυροβολήθηκε στο Eksarhia, Αθήνα. Το κείμενο που ακολουθεί είναι σημαντική, καθώς φαίνεται να αντανακλούν μια
αίσθημα μοιράζεται με την πλειοψηφία των ανθρώπων σχετικά με την αναρχική και την ευρύτερη
ανταγωνιστή του κοινωνικού κινήματος στη χώρα: η ελληνική πολιτεία φαίνεται να φεύγουν
ορισμένα από τα παλαιότερα και dirtiest κόλπα για να προχωρήσουμε, για άλλη μια φορά, σχετικά με την
επιθετικού. Ευτυχώς, το κίνημά μας έχει ένα από τα πιο πολύτιμα στοιχεία ενεργητικού —
συλλογική μνήμη. Στις ΗΠΑ έχουν ονομάσει COINTELPRO, στην Ιταλία ήταν η
στρατηγική της έντασης, εδώ είναι μοναχική gunmen από τα γυρίσματα (αλλά στην πραγματικότητα:
γυρίσματα σε) το πολύ χώρους που προσπαθούμε να υπερασπιστούμε. Εμείς δεν ξεχνάμε, δεν
συγχωρήσουν, δεν θα εκφοβίζονται …

εδώ : INDYMEDIA ATHENS

Λυπούμαστε, αλλά δεν μιλούν αγγλικά … επαναστατικό χαιρετισμούς από την Αθήνα!

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :